Les sentiers des Astres – tome 3 – Meijo

couverture de Meijo

Les sentiers des Astres
Tome 3
Meijo

de Stefan Platteau

Les moutons électriques
464 pages

Pour avoir mis à mort la Croque-Carcasse, l’ourse sacrée du Lempio, la jeune Nisu s’est vue bannie de son île natale, il y a près de dix ans. Pourchassée par une ombre, hantée par l’Outre-songe, elle s’embarquait vers l’Héritage, en compagnie de son amant Meijo.

Par quels caprices du destin l’apprentie chamane est-elle devenue la Courtisane Shakti ? Pour le savoir, le Barde Fintan et ses compagnons devront patienter un peu. Car le répit offert par les Teules, propice aux bons récits, aura bientôt vécu : déjà les flammes rugissent, la forêt boréale résonne d’abois fauves et de cors démoniaques. Il est temps de reprendre la quête du Roi-diseur, de marcher dans les pas des géants ! Et puisqu’il faut déjouer la traque, l’heure est peut-être venue d’emprunter enfin les Sentiers des Astres… 

 

 

Comme pour les tomes précédents, j’ai partagé cette lecture avec Pitiponks. Si vous n’avez pas encore lu Shakti, le tome 2 des sentiers des astres, cette chronique peut vous spoiler !

 

Bien que j’ai lu Shakti il y a peu de temps, j’étais très impatiente de me plonger dans Meijo ! Une fois remise des imaginales, j’ai pu enfin découvrir cette suite que j’attendais tant. Comme pour Shakti, l’auteur nous plonge directement dans le vif du sujet et il m’a fallu seulement quelques pages pour me retrouver happée aux côtés de Fintan et de ses compagnons de route. Les révélations ne tardent pas à pleuvoir, mais aussi de nouvelles interrogations. C’est d’ailleurs un des points que j’apprécie particulièrement dans cette saga : les deux sont parfaitement équilibrés, ce qui maintient le lecteur en haleine malgré une histoire qui prend son temps. Une fois ce tome terminé, je n’avais qu’une envie : me jeter sur la suite pour en savoir toujours plus.

Les différentes tensions au sein du groupe sont toujours au cœur du récit, crées par la présence de Manesh mais surtout par celle de l’empoisonneur dont l’identité reste inconnue. J’ai beaucoup aimé les relations entre les personnages : elles sont à la fois subtiles et réalistes, tout comme eux. De manière générale, j’ai besoin de m’attacher aux protagonistes pour apprécier une histoire et ça a été complètement le cas ici, à tel point que j’ai été très affectée, voir un peu déprimée, par le destin de certains d’entre eux.

L’univers est toujours aussi fascinant et étrange. Nous découvrons enfin les fameux sentiers des astres, l’Outre songe est lui aussi au rendez-vous et ce doit être un des aspect de l’histoire qui m’intrigue le plus, avec les Astras et les Antiques. Je me plais toujours autant à faire des théories et a essayer de recoller les morceaux tant cet univers est foisonnant. Le danger causé par la présence des Nendous est toujours bel et bien là et les passages ou ils sont présents font partis de mes préférés car ce sont eux qui me font le plus frissonner d’angoisse. De plus, les scènes de combats, bien que peu présentes, sont très réussies et m’ont beaucoup marquées.

Malgré le titre Meijo, c’est bel et bien aux côtés de la courtisane que nous continuons notre voyage. Les deux récits sont toujours aussi bien équilibrés, ce qui m’a permis de passer de l’un à l’autre sans difficultés. J’ai tout de même trouvé le récit de la courtisane assez dur car elle nous confronte à la misère physique mais aussi psychologique. Nous découvrons comment elle est tombée au plus bas et c’est assez rageant. D’habitudes je me sens plutôt bien dans cet univers mais ici, je me suis couchée plus d’une fois avec la gorgé serrée. Meijo, quand à lui, est toujours aussi déconcertant et détestable.

Le talent de conteur de Stefan Platteau est incroyable. Les descriptions offrent une vraie ode à la nature, pas seulement visuelle mais aussi par le biais de nos autres sens comme les sons et les odeurs. J’avais parfois l’impression que les paysages prenaient vie sous sa plume. Les descriptions des différentes villes m’ont elles aussi impressionnées : chacune d’entre elle a une identité qui lui est propre.

 

Comme d’habitude, j’ai l’impression de ne pas réussir à rendre hommage à un univers que je chéri tant. Si ce n’est pas déjà fait, je vous conseille de vous jeter sur cette série !

Ma note : ★★★★★

 

Cette année, j’ai eu la chance de me rendre aux imaginales accompagnée de mon amie et partenaire de LC : Pitiponks. Nous avons pu y rencontrer Stefan Platteau mais aussi assister à ses lectures de textes dont Acr0 du blog Livrement m’avait Tant parlé. Nous sommes aussi allées au concert des Deep ones dont je garde un souvenir assez mémorable.

Vous pouvez aussi lire les chroniques de : Valériane, L’ours inculte, Blog-O-livre et Reflet de mes lectures.

Share

About eirilys

Habitante et propriétaire de la mystérieuse bibliothèque d'Hurtfew, je suis une amoureuse de fantasy.

One comment

  1. Ravie de voir que tu es toujours aussi happée et convaincue par cet univers.
    Je n’ai lu que le premier tome de la série, mais je n’ai pas l’impression d’avoir rencontré un spoil dans ta chronique (c’est une bonne chose, à mes yeux). L’attente du quatrième tome va t’être difficile, je pense ?
    La rencontre avec l’auteur devait être joyeusement joyeuse 😀 Ah, les lectures par Stefan, quel plaisir !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *