Rose Morte – Tome 1 – La floraison

lafloraison
Rose Morte

Tome 1
La floraison
de Céline Landressie

De l’Homme Sans Nom
483 pages

 

France, fin du XVIe siècle. C’est dans ce pays en proie à de terribles dissensions religieuses que se réfugient les Greer, fuyant l’Angleterre élisabéthaine. Eileen, seule enfant du comte, est une jeune femme vive et de caractère. Mais son âge avance, et son père la met au pied du mur : elle doit se marier. Et c’est en faisant tout pour éviter cette terrible obligation à l’aide de sa fidèle amie Charlotte que Rose fera connaissance d’Artus de Janlys. Le séduisant et mystérieux comte l’entraînera dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’existence, où les crimes terribles qui secouent Paris trouveront une explication apparemment inconcevable, mais bel et bien réelle…

 

Ce livre me faisait très envie après les nombreuses chroniques positives que j’ai lu, et j’ai pu m’y plonger grâce à Acr0 qui me l’a gentiment prêté ! J’ai tellement aimé que je vais me l’offrir sous peu. Enfin, dès que mon pauvre porte monnaie me le permettra…

 

La première partie du roman est plutôt tournée vers la romance sur un fond historique soigné, le tout accompagné d’une petite enquête policière qui se met doucement en place. En fait, il ne s’y passe pas grand chose et pourtant, ça marche à merveille. On y suit Eileen, alias Rose, mise au pied du mur par son père qui veut la marier à un jeune noble qu’elle doit rencontrer lors d’un bal, à Paris. Mais cette dernière ne compte pas se laisser faire et monte un plan avec sa meilleure amie Charlotte afin d’échapper à la sentence ! Au bal, elle rencontre le mystérieux et envoutant comte Artus de Janlys qui contribue à la sauver du tant redouté mariage. Malgré son attirance pour lui, Rose va vite découvrir que le comte cache quelque chose d’étrange. Je ne vais rien vous cacher, de toute façon on s’en rend compte assez rapidement, mais l’histoire bascule dans le fantastique et nous avons affaire à des vampires.

La dimension historique est très bien rendue avec un vocabulaire de circonstance et de belles descriptions des habitudes de l’époque. Si les mots « vampire » et « romance » ont tendance à me faire fuir, j’ai complètement adhéré à ce roman. Il faut dire aussi que le mélange de genres est savamment dosé et donne un tout très riche. D’ailleurs, on ne s’ennuie pas une seconde, et le récit passe de magnifiques descriptions à de mystérieux dialogues, puis à des scènes d’action plutôt violentes. Pour une fois, j’ai aimé la façon dont est traité le mythe du vampire. Les informations sont distillées au compte-gouttes et une ambiance sombre et envoutante très plaisante accompagne constamment les personnages concernés.

Les personnages m’ont d’ailleurs énormément charmée ! L’héroïne a un caractère bien trempé pour l’époque mais ne tombe jamais dans la vulgarité et rarement dans la bêtise qui caractérise souvent ce genre de personnages. Je m’y suis beaucoup attachée même si je l’ai trouvée un peu aveugle quant aux intentions d’Artus, mais je vais mettre ça sur le compte de son caractère un peu borné. Artus est mystérieux et charismatique à souhait et la gentillesse de son frère, Adelphe, envers Rose m’a beaucoup touchée. Bref, un duo de frères que je ne vais pas oublier de sitôt et que j’ai hâte de retrouver dans le prochain tome. En revanche, je n’ai pas trop aimé Charlotte, la meilleure amie de Rose, car j’ai eu la désagréable impression qu’elle n’était là que pour mettre l’héroïne en valeur.

 

Si les vampires et la romance me font fuir en temps normal, j’ai beaucoup aimé ce roman. Il faut dire aussi que le mélange des genres parfaitement dosé, le style riche, soigné et l’immersion historique y ont beaucoup contribué. Bref, je remercie encore Acr0 pour cette magnifique découverte. Il ne me reste plus qu’à me ruer sur le tome 2 qu’elle m’a aussi prêté !

Ma note : ★★★★★

 


Je vous invite aussi à lire les chroniques de Livrement, du Bazar de la littérature, des lectures de Mina, De l’autre côté du miroir & de Book en Stock ainsi qu’une interview de Céline Landressie sur Livrement.

Share

About eirilys

Habitante et propriétaire de la mystérieuse bibliothèque d'Hurtfew, je suis une amoureuse de fantasy.

You May Also Like

4 comments on “Rose Morte – Tome 1 – La floraison

  1. Aaaah, je suis bien contente que tu aimes, au moins je ne me suis pas trompée (ouf !) et puis comme ça… tu t’installes dans une pentalogie, et ça, c’est chouette. Oui, on se rend très vite compte que nous avons affaire à des vampires, mais cela n’enlève rien de l’intrigue puisqu’à mon sens, ce n’est pas cet aspect le plus croustillant (le secret) mais bien la découverte de leur fonctionnement et l’évolution de Rose. J’aime bien moi aussi son caractère « tout feu ». J’apprécie davantage Adelphe qu’Artus.

    • Je suis d’accord puisque je savais ce qu’il en était avant de commencer le livre et ça ne m’a pas empêchée d’être scotchée du début à la fin. Je n’ai pas de préférence pour l’un des deux frères, j’aime tout simplement le duo. 😀

  2. J’avais lu divers avis qui m’avaient vraiment donnés envie de le lire (dont celui d’Acr0, d’ailleurs ^^) et, de lire le tien, je me dis que si jamais j’ai envie d’un livre contenant de la romance et des vampires, je sais vers quoi me tourner (ok, tout comme toi, ce n’est pas mon genre de prédilection, mais, après la fin du Protectorat de l’Ombrelle – dont j’ai du mal à faire le deuil -, je n’ai plus rien à lire qui parle de ces deux choses, alors je ne risque pas l’overdose :D). Bien géré, cela peut donner une lecture agréable et cette série-là serait susceptible de me plaire je crois bien 😀

    • Il faut vraiment que je lise le Protectorat de l’ombrelle, cette série à l’air géniale !
      J’espère que tu vas aimer autant que moi si tu te lances. D’ailleurs le tome 2 m’attend encore, j’ai hâte de le lire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *